Cénote III

Exposition Centre culturel Le Cap, Plérin 02-30 octobre 2021

Résidence de recherche 31/05 - 05/06 2021

type : installation visuelle & sonore  interactive

matériaux : bois, tulle gobelin, vidéoprojection, iffusion sonore stéréo

Cette installation tente de créer une expérience immersive au sein d’une cavité : le cénote.
Les cénotes sont des puits naturels parfois remplis d’eau de mer lorsqu’ils communiquent avec les océans, qui peuvent atteindre plusieurs dizaines, voire centaines de mètres de profondeur.  Leur nom provient du maya dz’onot signifiant « puits sacré », via l’espagnol cénote : certains d’entre eux étaient en effet considérés par les Mayas comme communiquant avec l’« inframonde » et on y jetait des offrandes aux dieux du Xibalba. En Bretagne, le terme goule, issu du latin gula, gosier, bouche, a le sens de grotte. Ces goules étaient habitées par des figures mythiques locales :  des fées, on les nomme « fées des houles ».

Peut-être justement parce que leurs caractéristiques provoquent des stimulations sensorielles bien spécifiques, qui étonnent et impressionnent, les cénotes, cavités, grottes, goules, sont aussi le siège de nombreuses mythologies, qui résonnent d’une génération à l’autre au travers de transmissions orales.

Je me suis intéressée aux collectes folkloriques et ethnographiques effectuées par Paul Sébillot, et d'autres folkloristes (F. Morvan, F.M Luzel, J. Haize etc.)  à propos des mythes liés aux goules et houles (grottes marines) de Bretagne nord dans lesquelles vivaient des fées. Ces personnages ambivalents étaient capables de grande bonté comme d’une violente cruauté. Les grottes intertidales abritent depuis la côte du Goëlo, le Cap Fréhel, Saint Malo jusqu'à la pointe du Grouin ces figures mythiques à la fois éoliennes et chtoniennes. Ces histoires transmises par tradition orale apparaissent et disparaissent, et se transforment adoptant des formes mythiques contemporaines.

Dans cette version du cénote, j'ai collecté de nombreux sons et visuels en «field recording», dont le contenu mythique/archéologique et ethnographique interpelle. Par exemple la goule aux fées, située à Dinard, de par sa relation au cinéma par les frères Lumière qui y ont effectué des travaux et sa forte fréquentation aujourd’hui, ou encore la Goule aux sirènes, la Houle de Poulifée du Cap Fréhel etc. Les vidéos sont traitées lors du tournage et de la post-production et fonctionnent comme des "mythèmes" : selon le terme développé par Lévi-Strauss en 1958. Ce sont des fragments mythiques, reconnus comme appartenant aux diverses époques ethnographiées. 

Le cénote V3 propose de s’imprégner de l’ambiance sonore et visuelle pour ensuite analyser sa propre perception émotionnelle, et aborder la manière dont, peut-être, les mythes et récits se construisent à partir des sensations, des corps et des voix, qui résonnent dans ces espaces. J'expérimente des modes d’interactions avec l’oeuvre via le corps. Cette fois ci, tant visuelle qu’auditive, ou créant l’inclusion de bribes de projections corporelles in situ dans les grottes et des résonnances acoustiques.

Séquence 2 - Cénote III - Houles de Plouha Pors Pin / en post production.